2016 : une année à veaux exceptionnels ?

Posted on Posted in bovangus

Météoù : DSCN3753

Le premier à naître dans le plus grand mystère. Sa mère, Camembert (de dos) a commencé par sortir de la parcelle dans laquelle elle se trouvait pour rejoindre la parcelle suivante : davantage boisée, plus abritée, riche en herbe. Une première fois, je l’ai ramenée. Le soir même, elle avait disparu ! Alors que je tentais de retrouver sa trace, une voisine m’a appelée pour me signaler la présence d’une vache sur la route. Je suis allée la chercher pour tranquillement la reconduire au sein du troupeau. Le lendemain matin, elle n’y était plus ! Et là, mes recherches sont restées vaines. Pendant plusieurs jours, pas une seule trace de ma vache. Personne ne m’a appelée, personne ne l’a vue, pas même les chasseurs. Confiante de sa capacité à organiser sa mise-bas et de son aptitude à protéger son veau, je suis même partie en vacances… Elle a mis une semaine à revenir avec son veau (nommé en conséquence) et a réintégré le troupeau comme si rien ne s’était passé.
Savoir que mes vaches peuvent décider de vêler ailleurs et non conformément au lieu que je leur ai destiné me comble. Pour ce que j’en comprends, leur rusticité est intacte, leur adaptabilité parfaite. C’est exactement ce que je recherche. Des animaux domestiqués certes, mais qui n’ont pas tout perdu de leur instinct et de leur autonomie.

Il pleuvait des cordes quant Bambi s’est décidée :

DSCN3729

Sa velle, peu incommodée par la pluie, a quand même eu du mérite et s’appelle donc… Militante : DSCN3727

 

 

 

Quant aux deux suivants, ils sont nés alors que j’étais à Nice. Je ne pouvais donc que les nommer en conséquence : Matisse et Masséna ont donc complété le groupe :DSCN3721

 

DSCN3751

 

 

 

 

 

Les prochains sont prévus pour le mois de mai.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *