Les chiens, ces indispensables.

Le travail au troupeau avec un chien est sans doute la partie la plus extraordinaire du métier d’éleveur. Un univers qu’il faut sans cesse explorer, qui permet, si l’on s’en donne la peine, de s’élever dans la compréhension de l’animal et de l’humain.
Les 3 chiens de la ferme sont des chiens de troupeau. Plus ou moins ardents au travail mais globalement toujours dévoués et volontaires.

Quand il était jeune, sur un ordre de contournement, Ziggy pouvait s’éloigner à plus de 500 m du troupeau et se « perdait » quelque part dans la forêt, comme si parfois quelque connexion cérébrale était défaillante. Dans mon désarroi, j’avais l’habitude de crier plus fort ce qui bien sûr ne résolvait rien. Et puis il s’est stabilisé. Volontaire toujours, plus ou moins serein, il n’a guère abandonné la partie même si parfois ses actions étaient totalement inefficaces.
Aujourd’hui en « pré-retraite », il travaille occasionnellement sur les brebis et les agneaux, lentement mais toujours avec la même volonté. Comme il est un peu sourd, la tâche n’est pas toujours aisée !...

Bajka, le Rantanplan de service. Une belle brute qui ne fait rien dans la finesse mais qui me voue une passion dévorante… ce qui n’est évidemment pas ce que je lui demande ! Pour le coup, c’est plutôt lui qui commande ou plutôt, qui ne répond à aucun appel quand la situation est trop dangereuse et qui me laisse du coup me débrouiller seule.

Job est la nouvelle recrue. Calme, discipliné, facile à dresser. Ce chien là devrait pouvoir aller à l’université !

Le dressage du chien de troupeau m’a surtout fait comprendre qu’il faut acquérir patience, courage, persévérance, constance, maîtrise de soi et bien d’autres qualités encore. C’est un long chemin d’apprentissage, sans fin, un beau chemin vers la sagesse et l’humilité.