Raphaëlle de Seilhac, éleveuse

P2198356

 

Témoignage :

J’ai hérité du Domaine du Mons en 1997 (5 ha de terres et 40 hectares de forêts), où j’avais l’habitude depuis mon enfance, de venir en vacances. En 2001, je décide de m’y installer et d’y créer mon exploitation. De 70 brebis sur 12 ha en 2003, celle-ci s’enrichit de 30 hectares supplémentaires en 2008 que je consacre à un troupeau bovin.
Je suis en zone dite « de montagne » à 600 m d’altitude. Le parcellaire, relativement groupé, est composé de prairies mésophiles et humides, permanentes, et de quelques zones de landes. Ces terres du Massif Central sont plutôt connues pour être pauvres, le sol granitique est sableux, acide et très drainant. En somme, la culture qui s’y porte le mieux reste l’herbe !
Dès 2002, j’adhère à la Fédération des CIVAM du Limousin et participe activement au groupe ADAPA (Association pour le Développement d’un Agriculture Plus Autonome), membre du RAD (Réseau Agriculture Durable) Grand Ouest. André Pochon, fondateur du CEDAPA, venu témoigner au réseau limousin, a eu vite fait de nous convaincre : « quand elle est pâturée, l’herbe pérenne est un fourrage très bon marché, imbattable sur le plan des coûts. En pâturant, les animaux font l’essentiel du travail de récolte, de fertilisation et de contrôle de la végétation adventice. » Et de conclure : «Le système herbager économe est indéniablement un système à bas niveau d’intrants (…) sa productivité par hectare reste comparable à celle des systèmes standards, pour peu que l’on réintègre dans le calcul des dizaines d’hectares de soja produits outre Atlantique (1 à 1,5 ha de soja pour équilibrer 1 ha de maïs). »
Le décor était planté, je n’avais plus qu’à mettre en œuvre cet apprentissage exaltant.

Ce métier est ma joie et ma passion; j’essaie de lui accorder toute mon intelligence et ma créativité en partant d’un principe élémentaire : c’est bien l’environnement qui est le cadre contraignant dans lequel mes activités humaines peuvent se développer, et non pas l’inverse ! Pour comprendre le système en détails, rendez-vous à la rubrique de mes engagements.
raphaelle_portrait3_pano_ret

 

 

 

 

 

 

 

Depuis mon installation qui date de plus de 10 ans, nombreux sont celles et ceux qui ont nourri mes réflexions et guidé mes actions. C’est à leur contact et / ou grâce à la lecture de leurs œuvres que j’ai pu mieux comprendre et plus facilement faire les choix que j’avais à faire sur ma ferme et dans ma vie en général selon la devise : « penser global, agir local ».

Ainsi je veux nommer (par ordre alphabétique) :
Cyril AGREIL, www.scopela.fr
Eric BARATAY, Le point de vue de l’animal. Une autre version de l’histoire, Seuil, 2012.
Mathieu CALAME, Une agriculture pour le XXIe siècle. Manifeste pour une agronomie biologique, éditions Charles Léopold Mayer,• 2007.
Laure CHAZELAS, animatrice de l’ADAPA à la FRCIVAM, de 2004 à 2011.
Denis FRIC, vétérinaire homéopathe et membre du GIE Zone Verte,
Bruno GIBOUDEAU : Les vaches nous parlent d’alimentation, collection Elevage Autrement, 2006.
Le GIEC, Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat, Jean-Marc JANCOVICI, L’avenir climatique, Seuil, 2002.
Michel MEURET, Un savoir-faire de bergers, Coédition Educagri & Quæ, 2010.
Michel ONFRAY, http://upc.michelonfray.fr/: Université populaire de Caen.
Gwenaëlle ORY, Une analyse comparée des conséquences environnementale d’un élevage industriel et d’un élevage durable : Le Domaine du Mons, Master 2 Politiques de développement durable à l’Université de Limoges, CRIDEAU-OMIJ, 2010.
Marie-Laure PETIT, animatrice de la FRCIVAM de 2002 à 2007, professeur d’économie et de gestion au lycée agricole de Neuvic.
David PLANQUE, éleveur
André POCHON, La prairie temporaire à base de trèfle blanc, Éditions CEDAPA-ITEB, 1996
Jocelyne PORCHER, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIème siècle. La Découverte, 2011.
Maximilien ROUER et Capucine LAURENT, www.becitizen.com
Patrick VIVERET, Reconsidérer la Richesse, éditions de l’Aube, réalisé en janvier 2002 à la demande de Guy Hascoët, secrétaire d’État à l’économie solidaire. poche 2010. Pourquoi ça ne va pas plus mal ?, Éditions Fayard, 2005.
André VOISIN, Productivité de l’herbe, Editions France Agricole, 1957.

contactez-nous